• Clotaire Mandel

Trucs et astuces : Cambodge

Après la Thaïlande, c'est un arrêt au Cambodge que nous ferons. Loin d'être mon pays favori, il m'en reste toujours un goût d'incompréhension, même après deux passages. Surtout connu pour le fameux site d'Angkor, le pays est suffisamment grand pour avoir envie de creuser un peu plus. Et voici quelques petites infos !

Visa : Il est possible d'avoir le visa en amont à l'ambassade, mais aucun intérêt, il est plus cher, prend plus de temps à émettre. Pareil pour le Evisa. Et tous ont la même durée. Mais que ce soit à l'aéroport ou au frontière terrestre, il est est très facile de l'avoir. Disons que ça dépend surtout de la file d'attente devant vous puisqu'il est effectué et délivré en quelques minutes en échange de 30USD. CEPENDANT : ce peut être un jeu de patience à la frontière pour payer le prix indiqué. Les deux fois où j'y suis allé, et par 4 postes frontières différents, j'ai eu à négocier 2 fois pour ne pas payer plus, et ce en rentrant et en sortant. Ils présentent parfois le supplément avec un tel naturel que les gens paient sans trop poser de questions. Toujours ce fond de foutue corruption. Alors si vous êtes patient et courtois où que vous ne tenez pas spécialement à garder vos quelques dollars restants dans le fond des poches, ça se règle vite fait. Si vous êtes comme moi un peu teigneux ça prends plus de temps et d'énergie, mais c'est plus facile de passer outre qu'au Laos. Vous pouvez prolonger votre visa de 30 jours pour 30 jours supplémentaires au prix de 45USD. Ça parait un peu complexe puisque le département de l'immigration est en face de l'aéroport de Phnom Penh. Mieux vaut laisser une agence de tourisme géré ça pour quelques dollars. Simple et efficace. Si vous dépassez de quelques jours votre visa vous pouvez payer une amende directement à l'immigration en sortant. Ça tourne autour de 10USD la journée supplémentaire. Et pour plus longtemps, il vaut mieux se renseigner sur la possibilité d'étendre le visa. ` Monnaie : Riels et US dollars. Ce dernier étant le plus utilisé et celui que vous trouverez directement aux distributeurs. Zone horaire : GMT+07h

Passage de frontière : Cambodge - Thaïlande : - Cham Yeam - Koh Kong - Poipet - Banteay Meanchey

- O’Smach - Oddar Meanchey

- Chong Sa Ngam - Oddar Meanchey - Ban Pakard - Pailin

- Ban Laem - Battambang Cambodge - Laos : - Stung Treng border Cambodge - Vietnam : - Bavet - Svay Rieng

- Kha Orm Sam Nor «passage de Chau Doc» - Kandal

- Phnom Den - Takeo

- Trapeang Phlong - Kampong Cham

- Ha Tien - Prek Chak

- Oyadaw - Ratanakiri

- Trapeang Srer - Kratie, Cambodge

- Banteay Chakre - Prey Veng Où dormir : - Lub D hotel, Siem reap. Hôtel backpacker typique. Allergique au monde s'abstenir. Mais sinon, super piscine, bar et restaurant. Dortoir super clean et cosy. Vraiment cool ! - Bungalows, Koh Tonsay. Pas de route sur l'ile de Koh Tonsay, juste une rangée de bungalow au bord de l'eau. Donc bon, pas de choix en particulier, mais tout ça pour dire que l'endroit est à deux pas de Kep et pour passer quelques jours au calme c'est une bonne option.Les soirées sont vraiment reposantes dans ce petit bout de terre en face de Kep. La journée les touristes affluent pour venir passer l'après midi au bord de l'eau, pas vraiment le top.

- Suns of beaches, Koh rong. Rustique mais vraiment cool de par l'endroit lui même. Une immense plage vide, quelques hamacs, des bières et du plancton fluorescent le soir venu. Le premier magasin est à 1h de marche donc c'est plutôt reculé mais quelques jours avec des bons bouquins pour se retirer de l'animation de Sihanouk ou de Koh rong.

- Commissariat de police, Partout.

Ça marche plutôt bien aussi au Cambodge ! Mais c'est vrai que de manière générale, je n'ai pas trop d'appréhension à tenter dans certains bâtiments officiels si le feeling est bon. - Manor house hostel, Phnom Penh. Loin d'être ce qu'il se fait de mieux, c'est plutôt pas mal rapport au prix et à la proximité entre le bar, le billard et la piscine. Dans une rue calme à quelques centaines de mètres des coins touristiques. Large cour intérieur pour y mettre les vélos.

- Temples bouddhiste, partout ! Une possibilité comme une autre, et même plus que ça, presque une incontournable en Asie du sud est. Je n'ai eu aucun problème pour y dormir, et souvent lorsque je demandais aux gens où je pouvais planter la tente on me renvoyait vers le temple le plus proche. Sur les routes les plus passantes les moines ont l'habitude et vous guideront vers le coin où les pèlerins passent la nuit. Parfois on vous offre à manger, parfois pas. Parfois on vous reçois plus cordialement que d'autre.

Pas le grand amour avec les hébergements au Cambodge, ou alors il faut mettre le prix. Et pour le camping sauvage ça s’avère plus complexe que ça n'en a l'air. Entre les rizières, les longues étendues planes où il n'est pas possible de se cacher et la densité de population assez élevé, c'était pas le pays le plus évident en terme de camping. Et même si souvent le concept de camping est mal compris, j'ai trouvé les gens vraiment adorables et ont me proposait assez régulièrement de prendre une douche lorsque je m'arrêtais l'après midi. J'aurais probablement pu camper dans le jardin, mais je voulais souvent rouler jusqu'au coucher du soleil.

Coffee shop : - Sister Srey Cafe, Siem Reap. En travaux lorsque je suis passé, ça à l'air d'être un chouette café en plein centre et qui vend des grains aussi. Probablement la meilleur option à Siem Reap pour acheter du café. - Footprint café, Siem Reap. Le café n'est pas exceptionnel mais le cadre est chouette, et si c'est pour s'envoyer un expresso en lisant ou en travaillant en ligne, c'est un endroit vraiment relax et agréable. - Brown roastery, Siem Reap. Je n'y suis pas allé, donc difficile d'en parler. Mais si vous chercher une adresse pour boire un café avec une pâtisserie ou simplement acheter du café en grains, c'est possible ici !


- Feel Good 2 Cafe & Coffee Roasters, Phnom Penh. Petit café dans une petite rue bien calme et à deux pas d'un magasin de vélo. Terrasse sympa et possibilité de se dégoter du café en grains. - Des coffee roasters, Phnom Penh. Il me semble qu'ils sont revendeurs de la marque Hario, donc si vous avez besoin de matos, c'est le bon endroit. En revanche je n'y ai pas bu de café. Ils ont l'air cependant de proposer des drip.

Bike Shops :

Fini la grande époque de la Thaïlande où l'on pouvait établir une liste de shop cool et pouvait tomber sur un revendeur Ortlieb presque au milieu de nul part. Dans la capitale et les grandes villes on trouve les classiques magasins des grosses marques de vélo généraliste comme Spé ou Giant. Mais en dehors de ça, rien de fou. Pour réparer son vélo, trouver un pneu ou une quelconque pièce détaché no problem. Par contre tout ce qui touche au matériel propre au bike touring, mieux vaut ne pas compter dessus.

- De tout et de rien Phnom Penh.

Un peu de tout en magasin, du plus local au grandes marques américaines. Rien de bien spécifique pour les voyageurs à vélo à ma connaissance. Mais pour réparation ou changement de pièce lambda, ça fera l'affaire. - Grasshopers adventure, Siem reap. C'est plus une agence de locations et de micro aventures alentours qu'un magasin, mais je crois que ce seront les plus à même de vous renseigner si il vous faut des renseignements ou quelque chose de précis. Et au moins vous êtes sur de pouvoir communiquer en Anglais.

La boustifaille : Là encore, c'est plus la Thaïlande. Facile de trouver à manger un peu partout, mais ça tourne vite en rond. Dans les endroits touristiques on trouve vraiment de tout, et en dehors ça restera au niveau de la soupe de nouilles. Qui est souvent bonne d'ailleurs, suffisamment pour ne pas s'en lasser trop vite, mais ne pas trop attendre du bord des routes. - L’épi d'or, Kep. Boulangerie qui sert de superbes baguettes et viennoiseries. De plus, ils ont du fromage français qui est très bon, comme à la maison, et le shop à côté vend du rouge. Le tout à prix vraiment très raisonnable. Avec la plage à deux pas, l'endroit parfait pour le sunset, et probablement mon endroit favori dans le pays. - Ecran noodles, Kampot. Super super bon. Les noodles et les dumplings sont affolants. J'étais souvent pas bien loin à l'heure de l'ouverture, et le jour de fermeture était comme un deuil. Vraiment bon marché et super bon. Mon resto préféré à Kampot, et de loin. - Le fameux porc rôti au petit déjeuner, partout ! Sorte de plat national/tradi, le porc rôti avec du riz. Un peut de thé pour faire passer le tout et c'est reparti. C'est un plat qui se mange le matin et qui se trouve partout. Je n'ai jamais été déçu où que j'ai pu en manger !

- La situation dans la capitale. J'avais quelques adresses à partager mais impossible de les retrouver sur internet. et je ne les ai pas noté. Pas bien important cependant. Rien de bien exceptionnel et finalement il est assez facile de trouver bon bon vin, fromage et baguette ! Comme souvent il est aussi aisé de trouver un bon restaurant et un bon bar à bière, cependant il faut mettre le prix. La street food n'est pas exceptionnel pour ce que j'ai pu gouter mais c'est surtout l'occasion de sortir du menu classique du bord de route et de s'offrir un bon repas au restaurant. - La situation à Siem Reap A peu prés pareil qu'au dessus. Des bonnes adresses que je ne retrouve plus. La ville et surtout le centre est beaucoup plus petit donc moins de choix. En revanche, c'est facile de tomber sur une bonne adresse en se baladant au hasard. Au risque de vous surprendre, c'est une ville que j'aime bien. C'est un peu le bordel et tout sonne faux, mais il y a comme un parc d'attraction que je trouve attachant. Et puis certaines soirées arrosées restent mémorables ! A voir :

Comment parler du Cambodge sans parler d'Angkor ? Et pourtant, au risque de surprendre, même après y être allé une première et retourné quelques années plus tard, je suis toujours un peu sceptique. C'est assez impressionnant, assurément. Mais beauté ne veut pas dire charme. Je n'y ai rien ressenti, je n'y ai rien vu d'époustouflant. Ou alors peut être la masse conséquente de touristes, dont je fais parti. C'est assez dingue en fait. Alors les guides donnent des conseils pour trouver un créneau horaire sur certains temples pour y être le plus tranquille possible car les tours guidés suivent le même parcours. Mais il y a tellement de monde, que c'est devenu la même cohue même en dehors des "heures de pointe". A tel point qu'on en a vite marre et qu'on se prend à rêver du retour en ville pour aller se jeter un pinte de mousse à 50 centimes. C'est beau, mais ça reste des pierres. Et le spasme moderne de spiritualité que l'on essaie de lui redonner sonne tellement faux que ça dépasse l'entendement. Cette année j'y ai vu des scènes ahurissantes de la part des moines et des touristes. Je ne peux pas prétendre avoir été ébahi. Même le fameux lever de soleil est ennuyeux. D'autant plus qu'il faut circuler entre les appareils photos, les groupes et de manière générale, la masse d’ensommeillé venu voir cette manifestation du sacré qu'est le lever de soleil et qui n'existe pour eux que durant les vacances, histoire de se donner l'impression de faire partie du Tout. Venir au Cambodge sans y aller ça serait dommage, d'autant plus que le pays ne regorge pas de sites exceptionnels, tant humains que naturels. A vrai dire je ne sais trop quoi en penser. Et je vous passe le couplet sur le tourisme dans le coin, et même plus globalement dans le pays.


Mais le temple que je préfère est caché un peu plus à l'est du pays. Je vous laisse jeter un œil. Car oui, c'est bien un temple que cet immense figuier étrangleur cache en son sein.

Le temple se trouve sur le site de Sambor Pre kuk. Et pour conclure, un peu de culture. Saviez vous que l'alphabet Khmer est celui qui comporte le plus grand nombre de lettres au monde, chiffrant à 74 !

le pedalistan www.lepedalistan.com lepedalistan clotaire mandel bikepacking biketouring voyage vélo traversée afrique

A story a day :

  • Facebook Social Icône
  • Instagram