top of page
  • Photo du rédacteurClotaire Mandel

La Cassiar Highway - Bikepacking infos

En Septembre 2023, nous avons roulé la Cassiar highway. J'avais trouvé peu d'infos en amont, principalement sur les endroits où se ravitailler Voici ici quelques informations qui pourront vous être utiles. Vous pourrez trouver un podcast dans la partie Radio Bamako, qui vous donneront un aperçu vocal de cette partie du Canada. C'est une route mythique au Canada, et notamment pour ceux qui traversent les Amériques à vélo. Le bikepacking est de plus en pus populaire dans ce coin du monde, donc en plus des informations, vous trouverez à la fin mes impressions générales.

Cassiar highway bikepacking voyage vélo Canada
Le début de la Cassiar Highway

Quelques chiffres/infos : - Distance : 720 kilomètres entre la jonction de la highway 1 et Kitwanga - Dénivelé : +/- 6000m D+ - L'une des deux seules routes qui traverse l'ouest du Canada. - Elle est connue comme étant pleine d'ours.


 

A noter : - Toutes ces informations vont dans le sens nord sud, de Nugget jusque Kitwanga. - Le nombre de kilomètres ci dessous sont à compter de la jonction nord. - Toutes ces informations sont en rapport avec mon expérience, ce qui veut dire que vous pourrez rencontrer des conditions parfaitement opposées, et avoir un sentiment général tout à fait opposé. C’est d’autant plus vrai que nous sommes arrivés un peu tard en saison, et que c’était un peu plus couvert et un peu tard pour voir beaucoup de vie sauvage.


- Les endroits cités ci dessous ne sont pas l’ensemble des possibilités, l’ensemble des campings. Seulement ceux qui m’ont marqués et probablement ceux où j’ai dormi. Il y a énormément d’options.

Concernant les endroits pour se ravitailler, tout est là. Beaucoup de choses ont été fermées, ou en tout cas étaient fermées lorsque je suis passé.

D’une année à une autre, mais aussi d’un mois à un autre, les choses peuvent évoluer très vite, donc prendre ce qui est écrit ici avec “a pinch of salt” comme on dit en Anglais.


- Je précise “poubelle” non pas uniquement comme étant un endroit ou jeter vos déchets, mais aussi et surtout parce que c’est dedans que nous stockions la nourriture pour la protéger des ours.

 

Quelques repères : Avant la Cassiar : - Watson lake

Supermarché, cafés, restaurants, lavomatique, dispensaire. Wifi gratuit à l’office de tourisme, et camping gratuit sur le parking devant. Douche pour 6$ à côté de l’office.


- Nugget

Le fameux stop pour les cyclistes et le panneau sur lequel les cyclistes de passage écrivent leurs noms. Café, restaurant et hôtel. Cher et pas les gens les plus amicaux.

bikepacking cassiar highway canada voyage velo

La cassiar :

- Panneau “Welcome to BC” : KM 3

Toilettes, tables, poubelles et un peu d’herbe pour planter la tente !


- Boya lake : KM 87

Fameux camping de la Cassiar, et le lac le plus connu. 20$ le spot, possible de mettre plusieurs tentes. Pas à la hauteur de sa réputation à mon humble avis.


- Jade city : KM 119

Café et wifi gratuit ! Toilettes et possibilité de charger son téléphone à l’intérieur. Rien de plus qu’un magasin de bijou en jade, mais avec le café et le wifi, tout le monde s’arrête !

Il oit aussi être possible de planter la tente gratuitement.


- Simmons lake : KM 132

Super chouette spot pour camper gratuitement.


- Sawmill recreation site : KM 193

Camping gratuit au bord d’un lac.


- Dease lake : KM 235

Hôpital, café, hôtels, supermarchés, pompe à essence.

A savoir :

- Possibilité de camper gratuitement juste à côté du “Town hall”.

- Le camping ne prend pas de tente, en plus d’être le mec le plus désagréable de l’univers. Donc n'espérez même pas ne serait ce que pouvoir payer pour prendre une douche.

- Wifi gratuit à l’école entre 8h et 17h. Et Wifi gratuit 24/24 juste en face, au bâtiment Service BC

- Morchuea lake recreation site : KM 298

Un de mes spots de camping favoris sur la Cassiar. Camping gratuit, toilettes.


- Iskut : KM 317

Supermarché et station essence. Pas aussi cher qu’on me l’avait prédit.

Wifi payant.


- Kinaskan lake campground : KM 358

Camping payant, jolie vue sur le lac et baignade possible car l’eau n’est pas si froide en été/automne. Toilettes, eau potable et poubelles


- Bob Quinn lake : KM 426

Pas grand chose à part des toilettes sur le bord de la route où vous pouvez planter la tente. Nous avons toqué à la porte des ouvriers du chantier un peu plus haut, et ils nous ont offert une maison entière avec tout le confort nécessaire.


- Bell II : KM 473

Restaurant, café et quelques barres de céréales à vendre. Wifi payant et station essence. Camping non autorisé mais vous pouvez monter 4km plus haut à Mehan lake : gratuit, toilettes et poubelles.


- Bell I : KM 534

Camping gratuit sur l’air de repos. Table, toilettes et poubelles. Il faut désescalader sous le pont pour aller récupérer de l’eau.


- Meziadin junction : KM 565

Restaurant, café et épicerie très basique. Toilettes et station essence. Wifi payant.


- Stewart : KM 626

Café, supermarché, restaurants, hôtels. Le seul endroit où vous aurez du réseau téléphonique ! Petit détour mais qui vaut le coup. La route est belle, et le coin est plein d’ours. De plus, vous pouvez passer à Hyder, qui est en Alaska ! Pas de frontière du côté Américain, mais une frontière côté Canada. Vous pouvez monter jusqu’au Glacier aussi, mais à vélo ça fait une belle grimpette. Faites du stop, sinon un tour en bus est possible pour 100CAD


- Bonus lake recreation site : KM 641

Chouette petit spot. Camping gratuit et toilettes.


- Gitanyo : KM 699

Village de natifs où vous trouverez des totems et un musée. Petit supermarché et fried snacks. Réseau téléphonique plus que bancal.


- Kitwanga : KM 717

La fin ! Camping gratuit à côté du supermarché dans le haut du village. Le supermarché est assez récent, et bien fourni. Station essence, café et restaurants à la jonction.

kitwanga cassiar highway camping

 

- Eau : Aucun problème de ce côté là. Entre les lacs et les ruisseaux, nous n’avons jamais eu à porter plus de 3 litres d’eau. Après, tout dépend de où vous souhaitez camper aussi. Nous avons toujours essayé de trouver un endroit proche d’une rivière ou d’un lac, de sorte à ne pas avoir trop à porter. Dans tous les cas, il est facile de ne jamais transporter la poche à eau de 10L !

tent REI camping cassiar highway

- Nourriture Au début et à la fin, Kitwanga et Watson lake vous offriront tout ce qu’il vous faut pour emporter quelques jours de nourriture.

Ensuite, vous pouvez trouver de quoi remplir les sacoches à Dease lake, Iskut et Steward. Ce sont les deux seuls points où vous pourrez trouver un supermarché digne de ce nom et non pas uniquement une barre de céréales ou un paquet de chips.

En parlant de cela, vous trouverez de quoi grignoter à Jade city, Bell II, Meziadin et Gitanyo.

- Toilettes Je dirais que tous les 50km environ vous trouverez une aire de repos avec toilettes et poubelles. Souvent très propres et avec du papier toilette, presque trop luxueux.

C’est aussi parfait pour cacher la nourriture la nuit ou cuisiner à l’abri lorsqu’il pleut. - Où dormir A peu près partout. Il est très très facile de camper sur la Cassiar. Avec un peu de planification vous pourrez tirer le meilleur de cette route en visant des endroits au bord des lacs.

Vous pouvez dans les faits camper partout, personne ne vous dira rien. Avoir de l’eau à côté est un petit plus, et surtout, une poubelle, pour pouvoir cacher la nourriture la nuit !


Il existe aussi beaucoup de camping officiels. Les “recreation site” sont gratuits et assez impressionnants. Les endroits sont magnifiques et vous aurez souvent toilettes, un cercle pour le feu et parfois des poubelles.

D’autres sont payants. Les emplacements coûtent 20CAD, donc si vous êtes à plusieurs, vous pouvez diviser le prix de l’emplacement, ce qui vaut le coup.

camp cassiar highway bikepacking

De la forêt à perte de vue, et de larges espaces en gravier sur le bord des routes de manière régulière. C’est parfois peu idyllique, mais c’est sûrement dû au fait que nous étions relativement lent, et que nous n’avions pas à rejoindre des endroits chouettes toutes les nuits, et aussi, je trouve les campements plus chouettes au nord de la Cassiar.

A noter, vous pouvez dormir pas trop trop loin de la route, le trafic diminue drastiquement après le coucher du soleil.


A savoir : Le camping de Dease lake ne prend pas les tentes, mais vous pourrez camper gratuitement à côté du “Town hall” - Douche Mis à part dans les lacs et sauf à payer une nuit d'hotel, c'est difficile de trouver une douche. Même en proposant de payer, on nous a toujours refuser la douche. Donc - Sécurité Entre Bell II et Bell I, j’ai trouvé la route dangereuse. Très belle, mais dangereuse. Peu d’espaces sur les côtés, peu de visibilité et des gens qui roulent vite !

En dehors de ça, aucun problème majeur, hormis les ours et les élans, voir plus bas ! - Trafic Même en étant un peu hors saison, j’ai trouvé le trafic assez soutenu. Il parait que c’est encore pire en haute saison. Ce qui peut être pratique si vous avez besoin d’un coup de main, d’eau ou de nourriture. Mais sinon, c’est suffisamment soutenu pour ne pas se sentir au milieu de nul part.

Certaines portions sont plus dangereuses à cause de la visibilité et de la route en lacet, faites bien attention, c’est passé pas loin une paire de fois…

- Feu

Gardez un œil et une oreille sur tout ça. La route peut fermer à cause des feux, mais surtout, essayer de sortir des zones touchées. L’air est vite irrespirable, et le feu peut se propager à une vitesse folle. La situation change extrêmement rapidement.

Éviter de camper trop près de ces zones, ne pas hésiter à arrêter une voiture pour demander des infos et pour sauter une partie de la route. Concernant les feux au bivouac, surveillez aussi la réglementation qui change de manière régulière. Les amendes pour avoir fait un feu en période de bannissement des feux est assez élevée.


- Moustiques

Aucun problème en septembre ! Mais en plein été, ici comme ailleurs, ils peuvent être une vraie plaie. Une bombe de DEET et une moustiquaire de tête peuvent vous sauver le voyage.

En Alaska nous avons aussi découvert le Thermacell, qui est un petit appareil qui repousse les moustiques. Tout le monde ne jure que par ça là-bas, et le coût d’achat vaut sûrement la paix que ça amène. J’ai voulu économiser et ne pas investir, pourtant, ça aurait pu être merveilleux pour être tranquille au bivouac.

Si vous êtes dans la mauvaise période : La chaleur et l’exposition direct au soleil tout comme le vent les chasse un peu. Évitez les sous-bois (l’enfer sur terre), et les coins tout mignons où l’eau est stagnante.


Même si c’est un produit toxique, s’enduire de DEET comme vous le feriez avec de la crème solaire aide GRANDEMENT. Ça ne dure pas aussi longtemps que promis sur le papier, mais je trouve que l’odeur disparaît vite, et que le soir on ne se retrouve pas collant à cause du produit. - Animaux sauvages Principalement des ours, élans et wapitis. En gardant ses distances, peu de chances que vous ayez des problèmes.

Cependant, il peut très bien y avoir un ours en train de grignoter au bord de la route dans un arbre et ne le voir qu’au dernier moment. Ca nous est arrivé plusieurs fois, sans dégâts, mais ça surprend toujours.

Dans les faits, les ours noirs ont relativement peur, donc ils vont sûrement filer et vous garder du coin de l'œil le temps que vous passiez.

Les grizzlis n’ont pas peur. Du tout. Donc restez loin.



En règle générale, les femelles avec leurs petits sont à éviter absolument. Gardez vos distances, n’essayez pas de faire le selfie de l’année, car au vu de la taille de ces animaux, ça pourrait bien être le dernier.


Ceux que l’on attend le moins, souris et écureuils !

Ne laissez rien traîner la nuit, pour les ours déjà, mais surtout pour les souris. Elles grignotent tout et rien : gourde, chambre à air, papier toilette…

Les écureuils et certains oiseaux n’hésiteront pas à se servir sur la table si vous tournez le dos pendant que vous mangez ou cuisinez.

- Période

L’été est la meilleure période en termes de météo, c’est aussi vos meilleures chances de voir plein d’ours et d’animaux en tout genre. En revanche, cela va avec les moustiques et le flot de touristes.

A partir de septembre, il commence à faire frais, et à pleuvoir régulièrement. Nous avons eu -2° au petit matin, tout au nord de la Cassiar, et début décembre. Il ne manquait apparemment que quelques semaines et la neige allait pointer son nez.

Ici comme souvent, difficile de tout avoir !


- Les poubelles

Sur cette partie du Canada, toutes les poubelles sont des poubelles anti ours. Il y a un mécanisme à l’arrière de ces dernières qui permet d’ouvrir les portes pour accéder au sac poubelle.

Vous pouvez donc les ouvrir pour ranger vos sacs de nourriture, ce qui permet de les protéger des ours, mais aussi de la pluie et des souris.

J’essayais donc de trouver un endroit avec une poubelle pas trop loin, surtout lorsque nous avions trop de réserves et que tout ne rentrait pas dans le sac en kevlar. - Le vent Allant vers le sud, nous l’avons eu de face chaque jour. Ca vaut ce que ça vaut. - Qualité de la route Asphalte parfait. Rien à redire. Pas vraiment d’option B pour s’échapper par les routes secondaires.


- Préparation physique Assez facile dans l'ensemble, pas de gros cols, pas de pente infâme. Donc être en forme pour pédaler, mais pas besoin d'un entrainement militaire en amont. - Préparation mentale Tout réside surtout dans l'acceptation de la vie sauvage. Il y a des ours partout, et il faut être au clair avec ça. En dehors de ça, ce n'est pas une partie très sauvage où vous vivrez en solitaire. Il y a beaucoup de touristes et le décor change relativement souvent.

- S'y rendre Il y a des chances que vous soyez déjà en train de pédaler dans les environs, dans ce cas, rien de particulier.

Si vous souhaitez rouler uniquement cette portion, le plus simple est d'arriver à Whitehorse au nord, ou à Terrace au sud. Les deux villes ont un aéroport international. Et sinon, un ferry va du nord de l'île de Vancouver jusqu’à Prince Rupert, de là vous n’êtes plus très loin de Kitwanga, et la route est très belle !

cassiar highway bike touring canada bikepacking

- Le réseau téléphonique

Aucun réseau téléphonique, du nord au sud. Préparez vous à une bonne dose de détox qui fait le plus grand bien.

 

Notes et impressions : - Le décor

C’est plutôt chouette, mais bien moins spectaculaire que ce à quoi je m’attendais. Certains préfèrent la partie nord, d’autres la partie sud.

J’ai beaucoup aimé le nord, et le sud était cool aussi. Cependant, le temps s’est vraiment couvert au sud, et j’estime ne pas avoir vu autant qu’il y avait à voir.


Quelques sommets alentours, quelques belles vallées et quelques beaux lacs. Rien d’extravagant, mais de quoi rendre heureux chaque jour. Ne pas s’attendre aux clichés du Canada cependant, ce ne sont pas les lacs ou les montagnes des rocheuses.


- Difficulté

C’est un parcours relativement simple. Plutôt plat, avec juste quelques jours de nourriture à porter, et de l’eau partout !


- Vie sauvage

Gros atout de cette partie du Canada, il y a des ours partout. Si tant est que vous y soyez à la bonne saison. A partir de septembre, la vie sauvage est un peu plus sporadique. En quelques semaines vous passez des ours allongés au bord de la route à quelques ours discrets parfois.


Attention aux écouteurs avec la musique trop forte, attention au buisson de bord de route, attention aux virages. Il peut y avoir des animaux partout, et le tout est de ne pas les surprendre.

Pareil pour la nourriture. Il faut arriver à garder une rigueur tout le long du voyage, ce qui est difficile à mon humble avis. Manger loin du camp, mettre la nourriture au loin, et ne pas boire de café ou manger à l’intérieur de la tente, quelle que soit la météo.

Alaska bikepacking dalton highway biketouring

- Les indispensables

DEET et moustiquaire de tête en été, sac anti-ours et spray au poivre. Un peu de place pour quelques jours de nourriture.


- Le détour vers Steward/Hyder

Un détour connu est celui qui va de Meziadin junction jusque Steward au Canada, et Hyder en Alaska. Il y a un tout petit morceau d’Alaska pour lequel vous n’aurez pas à passer de poste frontière. Pas du côté US, en revanche, il y a un poste frontière pour rentrer au Canada.


Le détour vaut le coup pour plusieurs raisons:

- La route est belle

- Il y a des glaciers partout

- Du côté Alaska, il y a la fameuse rivière à saumon où les ours viennent matin et soir faire bombance

- Vous pouvez faire les courses !

- Il y a du réseau téléphonique

- C’est loin d’être un gros détour et vous pouvez faire du stop en remontant !

- Gitanyo

A 25km au nord de Kitwanga se trouve Gitanyo. Vous pourrez y manger quelques frites et acheter un paquet de riz, mais surtout, c’est la plus grande collection de totems de Colombie-Britannique. Ça vaut le coup d’aller prendre un café et d’aller voir tout ça de plus près.


- Combien de temps

Ça peut être fait en une bonne semaine. Ce qui réduit la nécessité de transporter trop de nourriture, mais aussi réduire le temps sur la route réduit les chances de voir beaucoup d’animaux.

Le profil de la route étant relativement plat, 7 ou 8 jours est suffisant. Avec le détour à Steward, comptez deux jours de plus, et c’est probablement le seul détour que vous ferez.

 

Est ce que ça vaut le coup ?

Disons que si vous traversez les Amériques, ou le Canada tout au moins, vous n’aurez le choix qu’entre la Cassiar et l’Alaska Highway. La Cassiar est apparemment bien plus intéressante, ce que je peux aisément croire.

Alors, il se peut que déjà vous n’ayez pas vraiment le choix, mais en plus de ça, la route est belle. Ce n’est pas un détour, c’est la suite logique, mais en plus de cela, c’est sûrement la route la plus agréable du coin.


Impression

On m’avait vendu cette route comme étant sauvage, pleine d’ours et très belle. Ensuite, les cyclistes que j’ai rencontrés sur la route étaient un peu moins optimistes.

Beaucoup de voitures, difficile de trouver à cette route un côté sauvage. Il y a beaucoup de vie c’est sûr, mais c’est surtout vrai avant septembre, et après la haute saison, la route perd un peu de son charme. Moins d’animaux, et le temps se couvre sérieusement.

En sachant que tout va un peu ensemble. Le beau temps avec les animaux, avec la masse de touristes et le trafic sur la route qui va avec.

C’était chouette, quelques très beaux endroits, mais pas aussi grandioses qu’on me l’avait vendu au début, comme souvent.


 

Si cet article vous a plu et/ou vous a aider, il y a des moyens de soutenir mon voyage.

Dans la section à propos, vous trouverez le lien vers Paypal et Patreon.

Merci !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page